Flash Infos

ECOLE DE SPELEOLOGIE DES HAUTES-PYRENEES - EDS65 

Fonctionnement et réglementation : CLIQUEZ ICI

Contacts :
EDS - Encadrement : Jonathan Dorez - Mail : jospeleo@hotmail.fr
EDS - jeunes spéléos : Michel Bof - Mail : bof.michel@orange.fr
Vos comptes-rendus et photos sont à envoyer à : Sandrine - Mail : s.lelay65@wanadoo.fr
 
Prochaine sortie EDS : mercredi 6 décembre 2017
Pour vous inscrire, cliquez ICI

______________________________________________________________________________________________________________

Interdiction de descente du canyon de Bernède

Voir l'arrêté : cliquez ici
___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

INFORMATION A TOUS LES SPELEOS

La période de chasse s'est ouverte le 10 septembre et cela jusqu'au dernier week-end de février.
Durant cette période, les samedis, dimanches et jours fériés, il convient de s'informer sur la localisation
des postes de chasse dans le massif de Saint-Pé de Bigorre.
Les chasseurs positionnent un panneau "chasse en cours" au départ des sentiers.
Il est alors conseillé de changer de secteur.
Prudence donc ! La carte : cliquez ICI
______________________________________________________________________________________________________________________________________
 
Hommage à Sœur Marie Casteret PDF Imprimer Envoyer

 
 
 
 Une page se tourne Sœur Marie Casteret vient de nous quitter. Elle était la fille de Norbert et Elizabeth Casteret et comme ses parents, passionnée par tout ce qui touche de près ou de loin à la spéléologie. Elle était animée de la passion qu'elle vouait à son père dont elle a patiemment trié et classé toutes les archives. Elle repose maintenant près de ses parents. Récemment elle se confiait à Madeleine pour lui dire "je vais enfin connaître ma mère". Rappelons pour les plus jeunes, que la maman de sœur Marie est décédée en la mettant au monde.

J'ai connu sœur Marie lors du rassemblement des 30 ans de l'Arsip à Sainte Engrâce. Nous avions longuement discuté des écrits de son père qui m'ont amené à la spéléologie comme beaucoup de spéléos de mon âge. Nous avons alors discuté de Ralph Parrot, poète souterrain comme le qualifiait son père, et quelle ne fut pas sa surprise quand elle s'aperçut que je connaissais par cœur certains poèmes dont la "prière du spéléologue" que je déclamais à tue tête pendant l'explo d'Arphidia 3 et qui faisait tant hurler Mickey !  

Véro était alors enceinte de notre troisième enfant. Sœur Marie adorait les enfants et prenait chaque année de nos nouvelles et surtout de la petite dernière, Lucine. Nous avons envoyé un faire part à sœur Marie pour la naissance de Lulu. En retour, elle nous a offert la collection complète des écrits de Ralph Parrot dédicacés à son père ainsi que les échanges de certains courriers. Cadeau inestimable, bien placé maintenant dans les archives du CDS. On peut être croyant ou athée mais on ne peut pas être insensible à toute la gentillesse, à tout l'amour qui se dégageait de sœur Marie. Toujours intéressée par ce qui se passe dans le département, je la tenais régulièrement informée de nos actions. Pour les obsèques de Georges Lépineux, elle était à nos côtés pour lui rendre un dernier hommage avec des mots bien choisis pour célébrer la mémoire de ce grand précurseur de la spéléo dans les Pyrénées. Plus tard, elle a organisé une cérémonie dans le gouffre d'Esparros en l'honneur de Notre Dame des Gouffres et en présence de l'évêque de Lourdes. A cette occasion, elle m'a demandé de lire la "prière du spéléologue". Quand elle m'a passé la parole, voyant que je n'avais pas de papier , elle a eu un moment d'affolement mais elle a vite compris que c'était mon poème préféré et que je le connaissais par cœur. Elle était heureuse, nous avons longuement discuté avant qu'elle ne s'éclipse discrètement comme elle le faisait souvent. Elle a quand même pris le temps de me dédicacer son dernier livre: un hommage à sa famille. C'est la dernière fois que je l'ai vue. Plus tard, nous nous sommes parlés à plusieurs reprises au téléphone. Elle voulait distribuer les archives de son père ; de la Pierre à l'Arsip et celle des Hautes Pyrénées au CDS. Avec Mickey, nous avons tenté de l'en dissuader car ce patrimoine inestimable ne doit pas être éparpillé mais remis dans son intégralité à la Fédération. Elle se savait atteinte d'une maladie dont l'issue serait malheureusement fatale. Ma dernière conversation avec elle aura été pour la soutenir, pour lui demander de se raccrocher à sa foi.… mais la triste nouvelle est tombée mercredi 5 décembre par un mail empreint de tristesse d'un membre du Spéléo Club d'Esparros. Madeleine et Michel ont pu accompagner Sœur Marie vers sa dernière demeure, aux côtés de ses parents témoignant ainsi de la tristesse des spéléos du 65. Une page se tourne. Le CDSC 65 adresse toutes ses condoléances à la famille de sœur Marie.

Bubu

19 août 1999 dans la salle de la vierge à Esparros ( photo: Michel Bernard )

 

Texte de Madeleine Cabidoche:

 

Le 4 décembre, sœur Marie Casteret nous a quittés,  après avoir lutté contre le cancer avec un courage qui a rempli d’admiration tous ceux qui l’ont approchée ces derniers mois.La plus jeune fille de Norbert Casteret vient de rejoindre son père et, comme elle le disait il y a quelques jours, de « connaître enfin sa mère », morte en lui donnant la vie.Nous l’avons souvent rencontrée, à Esparros ou à la Pierre, notamment pour le 30eme anniversaire de l’ARSIP. Sa vénération pour son père nous frappait toujours. Elle gardait, dans une vitrine de son bureau, ses nombreux souvenirs, qu’elle montrait avec fierté à ses visiteurs.Elle a sans doute moins pratiqué la spéléo que sa sœur Raymonde car sa vocation religieuse l’a orientée vers d’autres tâches. Mais c’est elle qui a recueilli, conservé, classé, publié les mémoires de son père.Un de ses derniers travaux a permis d’éditer un énorme et passionnant volume de la correspondance de Norbert Casteret avec tous les grands spéléologues du XXeme siècle.Elle venait aussi de confier à la revue Pyrénées des notes inédites sur la découverte des sources de la Garonne, publiées dans le dernier numéro paru.Le 27 juin dernier, elle m’écrivait : « les spéléos des HP sont d’une gentillesse extrême avec moi ». Un peu plus tard, au téléphone, elle ajoutait : « Dieu m’a fait la grâce de ne pas me laisser vieillir ». Pour nous tous c’est une grande tristesse de savoir que nous ne la verrons plus.Avec Michel Bernard, nous avons représenté le CDSC des HP à la messe du couvent de la Providence de Lectoure. Une cérémonie avait lieu ensuite à la collégiale de Saint Gaudens.Nous avons dit à ses trois sœurs que le courage, le dynamisme, la grande ouverture d’esprit et de cœur de Marie demeureraient toujours dans notre souvenir.

Madeleine Cabidoche