Flash Infos

ECOLE DE SPELEOLOGIE DES HAUTES-PYRENEES - EDS65 

Fonctionnement et réglementation : CLIQUEZ ICI

Contacts :
EDS - Encadrement : Jonathan Dorez - Mail : jospeleo@hotmail.fr
EDS - jeunes spéléos : Michel Bof - Mail : bof.michel@orange.fr
Vos comptes-rendus et photos sont à envoyer à : Sandrine - Mail : s.lelay65@wanadoo.fr
 
Prochaine sortie EDS : mercredi 6 décembre 2017
Pour vous inscrire, cliquez ICI

______________________________________________________________________________________________________________

Interdiction de descente du canyon de Bernède

Voir l'arrêté : cliquez ici
___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

INFORMATION A TOUS LES SPELEOS

La période de chasse s'est ouverte le 10 septembre et cela jusqu'au dernier week-end de février.
Durant cette période, les samedis, dimanches et jours fériés, il convient de s'informer sur la localisation
des postes de chasse dans le massif de Saint-Pé de Bigorre.
Les chasseurs positionnent un panneau "chasse en cours" au départ des sentiers.
Il est alors conseillé de changer de secteur.
Prudence donc ! La carte : cliquez ICI
______________________________________________________________________________________________________________________________________
 
Exercice Secours Régional PDF Imprimer Envoyer

Hèches. Solidarité sans faille au fond du gouffre

Spéléologie. 70 secouristes mobilisés, samedi, à Hèches : impressionnant exercice de sauvetage au gouffre du Bassia, dans les Baronnies.

Hèches. Solidarité sans faille au fond du gouffre

Il est tombé « dans la salle à manger », s'est blessé à la cheville et ne peut plus marcher, vient d'alerter son compagnon en appelant les secours, à 8 h 30, ce samedi matin… Le problème ? C'est que la « salle à manger », ainsi baptisée par un facétieux, est à 250 m sous terre. Entre puits humides et méandres obscurs dans le gouffre de Coume-Bère, ou gouffre du Bassia, dont l'entrée se trouve là-haut, dans la montagne, à 11 km au-dessus d'Hèches, dans les Baronnies…

Organiser et coordonner les opérations de sauvetage au mieux : tout l'objet de l'exercice, désormais, pour Gaël Huchet-Henaud, le conseiller technique spéléo secours des Hautes-Pyrénées, conseiller du préfet ; le lieutenant Passeron, commandant des opérations de secours à la CRS29, et Luc Montoya, chef du service interministériel de défense et protection civile. Et machine bien huilée qui se découvre alors, ce samedi matin, à partir de la salle des fêtes de Hèches où s'est installé le PC opérationnel, vers où convergent à présent 70 secouristes civils et professionnels et où les bénévoles de la Croix-Rouge sont déjà en train d'installer les infrastructures d'accueil, offrir le café. Car dès 9 heures, c'est une impressionnante chaîne de solidarité qui a commencé à s'assembler pour tirer de là le blessé.

Spécificité spéléo

Spéléos du Lot ou de Haute-Garonne en renfort des copains haut-pyrénéens, sapeurs-pompiers spécialisés du GRIMP de Tarbes et Bordeaux, gendarmes du PGHM… « La spécificité du secours spéléo, au-delà de cette forte solidarité, ce sont nos équipes mixtes, constituées de spéléos civils et de secouristes professionnels. Pratiquants réguliers, nous sommes en effet nous-mêmes les premiers entraînés et formés au secours souterrain car l'accident peut arriver à tous », explique Gaël Huchet-Henaud dont la moitié des 80 spéléos des Hautes-Pyrénées est ainsi compétente pour intervenir sur ce type d'opération, « selon les disponibilités », précise-t-il.

Briefing devant la carte topographique de la cavité, en coupe verticale et horizontale ; exposé des difficultés, avec notamment un passage à élargir à l'explosif pour faire passer la civière, répartition des tâches : un premier groupe est déjà parti avec un médecin pour dresser un bilan santé. Tandis que sur place, là-haut, à l'orée du bois, sous une tente des CRS, s'organise la liaison radio Nicola avec les équipes qui s'enfoncent dans le gouffre. Nicola… en mémoire d'une spéléologue décédée au gouffre Berger, faute d'alerte radio… et désormais système de communication vital pour transmettre sous terre, depuis dix ans. Sifflement. Grésillement. L'essentiel passe : à 12 h 50, la première équipe est au contact du blessé. Dresse le diagnostic : cheville cassée. Puis s'occupe de le tenir au chaud, lui porter les premiers soins et reconstituer ses forces puisqu'ils vont encore passer de longues heures ensemble, sous terre. En effet « la victime ne part que lorsque tout est calé pour l'évacuer, que toutes les équipes relais sont en place afin qu'elle aille d'une traite jusqu'à la surface », explique le lieutenant Passeron. Soit 47 spéléos qui auront de nouveau démontré leur efficacité, cette année : le « blessé » a retrouvé la surface à 23 h 30, soit « quatre heures avant l'horaire prévu », conclut Gaël Huchet-Henaud.

Pierre Challier - ladepeche.fr